30.11.2014

Patrick Corillon lauréat du "Prix triennal Ianchelevici" 2014

Patrick Corillon, artiste, plasticien, lauréat du Prix triennal Ianchelevici d'intégration de sculpture monumentale à l'urbanisme 2014, théatre de Liège © photo dominique houcmant

Patrick Corillon - artiste plasticien

Pierre Hebbelinck, architecte, théâtre de Liège, © photo dominique houcmant

Pierre Hebbelinck - architecte

Patrick Corillon, La grande verrière du Théâtre de Liège, © photo dominique houcmant

La grande verrière du Théâtre de Liège

Remise officielle du Prix triennal Ianchelevici d'intégration de sculpture monumentale à l'urbanisme au Théâtre de Liège, le 29 novembre 2014

Le prix 2014 récompense l'artiste plasticien Patrick Corillon et L’atelier d’architecture Pierre Hebbelinck - Pierre de Wit pour leur collaboration au travail d'habillage du nouveau Théâtre de Liège.

Inauguré en octobre 2013, le Théâtre de Liège est un élément central de la politique de redéploiement de la culture en Cité ardente. C’est suite à un appel d’offres international que Pierre Hebbelinck et Pierre de Wit ont été désignés pour adapter les bâtiments de l’Emulation construits entre 1934 et 1939 par Julien Koenig. Ils ont articulé leur proposition sur la réaffectation de l’édifice existant et en partie classé ainsi que sur un jeu d’extensions. Le projet se base sur la conception d’un lieu évolutif et global qui se veut être un outil pluridisciplinaire au service de la création, de l’accueil de spectacles théâtraux, chorégraphiques et musicaux. Le complexe (7800 m2) compte deux salles (557 et 145 places), un espace d’exposition pour les arts plastiques, une salle des répétitions, de nouveaux dispositifs de réception (restaurant, bar, librairie) ainsi que des locaux administratifs, techniques et d’accueil des artistes. En outre, l’opération s’étend à la création d’une galerie d’art (CRBA) et à la reconfiguration des abords de la Société libre d’Emulation toutes deux ouvertes sur deux autres rues. « Un des plus grands défis architecturaux de ce projet fut, expliquent les architectes, de trouver les stratégies adéquates pour tendre à réaliser un bâtiment avec une forte valeur unitaire malgré qu’il soit formé de deux ensembles mais surtout qu’il ait des façades sur trois rues et une place. L’une des stratégies est la recherche d’une unité des matériaux. Le verre, le béton et le bois seront largement utilisés dans l’expression des nouvelles interventions, extraits de la matérialité du premier projet, accompagnant et valorisant le bâtiment existant. »

C’est dans une même volonté de dégager une unité qu’ils ont collaboré avec Patrick Corillon invité suivant les dispositions du décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dit du « 1% ». Ils lui ont suggéré de travailler non seulement sur l’accueil des publics mais également dans les espaces réservés aux usagers du complexe (acteurs, régisseurs, personnel administratif, direction…). « Nous avons accompli un long travail de partage des objectifs architecturaux proposant les interventions de Corillon comme autant d’ouvertures vers l’imaginaire qui sous-tend l’activité théâtrale dans toutes ses composantes. » L’artiste a créé 26 textes dont la forme et le sens interagissent avec les lieux - de la cave au grenier - où ils sont présentés. Chaque pièce est constituée d’une histoire courte qui souvent évoque le monde du théâtre et qui est placée de façon spécifique. Ainsi, celles inscrites sur les trois façades (place du 20-Août, place des Carmes et façade arrière) ont un statut particulier en ce sens qu’elles reprennent des histoires encore en formation : des éléments de ponctuation comme des notes qui s’accordent avant de jouer, des consonnes comme des structures portantes du bâtiment, des voyelles comme des essaims d’abeilles. Même si la forme des textes a été adaptée à chacun des lieux, Patrick Corillon a réussi, par l’emploi d’une même police, l’égyptienne, à préserver leur valeur d’élément de cohérence du site. - Pierre Henrion, historien de l'art in catalogue Prix triennal Ianchelevici  2014. Prix d'intégration de sculpture monumentale à l'urbanisme




Music for 18 Musicians by Steve Reich - Beginning